Isabelle Touzanne
Hypnose et Soin énergétique à Boussens
Isabelle Touzanne
Hypnose et Soin énergétique à Boussens

Endométriose

Blog

                             ENDOMETRIOSE : DES AIDES POUR LA SUPPORTER

Voici le commentaire et remède qu'une amie m'a envoyé pour aider les femmes qui ont cette maladie. Elle l'a vécu et a réussi à la combattre. 

J'espère que cela vous aidera dans votre démarche. Renseignez vous auprès de votre médecin ou gynécologue en cas de doute car chaque personne et différente.

Prenez soin de vous.

Chez la plupart des femmes, le sang contenu dans les cellules muqueuses  s’écoule par le vagin, mais par un phénomène de reflux, passe aussi par la cavité abdominale, les trompes et les ovaires. Ce reflux est tout à fait normal mais chez la femme souffrant d’endométriose, l’élimination de ces cellules endométriales ne se fait pas et se fixent sur les ovaires, le vagin, les trompes, le rectum, la vessie et l’intestin. Les chercheurs soupçonnent que cette migration de l’endomètre serait liée à plusieurs facteurs : génétiques, immunitaires, hormonaux et environnementaux.

La solution : soutenir une réponse immunitaire optimale pour réduire l’inflammation et la douleur, favoriser la désintoxication environnementale et contribuer à l’équilibre hormonal.

Ceci est une approche globale qui intègre un régime anti-inflammatoire, des suppléments et de la patience : il faut 6 à 12 mois pour voir une réduction des tissus de l’endomètre dans l’abdomen. Idéalement, établissez une échelle de la douleur de 1 à 10 maintenant, et suivez vos symptômes mois par mois.

Régime anti-inflammatoire :

C’est un régime qui élimine les toxines responsables de l’inflammation : les produits laitiers, ceux contenant du gluten, le maïs, les sucres.

Privilégiez les aliments biologiques, consommez beaucoup de légumes frais, en particulier les choux, frisés, brocolis, de Bruxelles…et les petits fruits.

Toute viande doit être bio, pour éviter les produits chimiques et surtout les hormones.

La caféine peut aggraver l’endométriose chez certaines femmes ; essayez de vous en passez quelques mois, optez pour le thé vert, antioxydant, très utile ici. De même le tabac favorise les spasmes.

En cas de surpoids, sachez qu’il augmente la probabilité d’avoir  plus d’œstrogènes et d’inflammation, mais avec le nouveau régime vous perdrez du poids.

Les herbes et suppléments amis :

Attention, certains ne doivent pas être pris pendant la grossesse, on peut les prendre jusqu’à la bonne nouvelle.

La curcumine (curcuma), la broméline (ananas), la quercétine (pommes, oignons et autres sources végétales), la racine de gingembre, le Boswéllia et l’huile de poisson sont des anti-inflammatoires incroyables et peuvent ainsi soulager la douleur au fil du temps. Prenez l’habitude de les incorporer à vos plats.

Le calcium et le magnésium sont indispensables dans la lutte contre l’endométriose. Le calcium joue un rôle dans la contraction, le magnésium dans la relaxation. Celui-ci aide à la fixation du premier et le régule. Le calcium lui est indispensable au maintien de la pression sanguine et son action anti-inflammatoire réduit les douleurs liées à l’endométriose. On a vu qu’il vaut mieux éviter les produits laitiers mais ils restent les fameux choux ! (mais aussi épinards, haricots verts…).

Le magnésium est présent dans le chocolat, les bananes…buvez de l’Hépar (et éviter l’eau du robinet d’une manière générale).

Le zinc et le manganèse : vont limiter les facteurs qui favorisent l’endométriose.

Le manganèse agit sur la prolifération des cellules endométriales en réduisant le stress oxydatif. Traduction : son action anti-oxydante diminue les implants endométriosiques (les dépôts) et donc les inflammations locales.

Le zinc participe à une meilleure synthèse des hormones, limitant celles des œstrogènes. Il induit aussi une résistance à la mort cellulaire (moins de cellules invasives endométriales).

Le lien entre la fertilité et le zinc est clairement établi. Il protège les follicules du risque d’oxydation, augmentant ainsi leur fertilité.

Prévenir et réparer les dommages avec les antioxydants :

Les antioxydants aident à prévenir et inverser les dommages sur les tissus locaux de l’inflammation. Vitamine A, E et C sont toutes des antioxydants. Une cure peut être un bon choix mais choisissez des produits naturels.

Le resvératrol est fait à partir des raisins rouges, le thé vert, la curcumine sont de puissants antioxydants.

Le picnogenol (écorce de pin) ; une étude sur des femmes ayant pris 30mg 2 fois par jour pendant 48 semaines a montré une diminution de 33% des douleurs, y compris intenses.

La N acétylcystéine (NAC) est un puissant anti-oxydant,à raison de 600 mg 3 fois par jour, 3 jours consécutifs, chaque semaine pendant 3 mois. Les résultats sont surprenant.

Les ennemis de l’endométriose :

L’exposition à des produits comme les Bisphénols A présents dans les plastiques et les résines : évitez d’utilisez les plastiques. Ils augmentent la charge en œstrogènes. Cela veut dire pas de plastique mous comme ceux des bouteilles d’eau, pas de cuisson aux micro-ondes dans des contenants en plastique, pas de cannette en boisson.

Les phtalates, fixateurs de nombreux produits cosmétiques (verlis, laques, parfums, plastiques (jouets, rideaux de douche, peinture) ; le Nutella  contient le phtalate le plus dangereux ! et on les retrouve dans les barquettes plastiques.

Les pesticides organochlorés et les dioxines : vive le bio…

Le cuivre et le fer jouent un rôle négatif.  Des taux de cuivre élevé ont été retrouvés de manière significative chez des femmes souffrant d’endométriose. Cet excès de cuivre favorise l’angiogenèse, processus fortement impliqué dans l’inflammation et le développement de l’endométriose. Le fer est souvent déficient chez la femme, pour le cuivre attention donc aux œufs, algues et mollusques, les viandes rouges et abats, les noix sous toutes les formes et le sésame.

Coté homéopathie :

Les sels de magnésium pour les spasmes, la coloquinte pour la douleur qui oblige à se plier en deux, la bryone pour celle soulagée seulement par l’immobilité.

La folliculine diminue la sensibilité des récepteurs aux œstrogènes (coté hormonal)

Là aussi les résultats peuvent être longs à obtenir (un an) mais très visibles !

Les autres alternatives complémentaires :

L’ostéopathie peut aider à la gestion des douleurs en aidant à muscler certaines zones et en assouplir d’autres, briser les adhérences…  ne pas hésiter à en contacter plusieurs pour trouver le spécialiste le mieux formé sur le sujet.

L’acupuncture aidera à drainer certaines zones de votre corps, vous détendre, gérer la douleur. Cherchez là aussi le plus compétent.

Le yoga, qi gong, Tai chi, la méditation. La détente est primordiale car l’endométriose est sans nul doute induite par le stress et y contribue tout autant.

 

L’endométriose, connue depuis plus de 30 ans reste encore méconnue, des spécialistes comme des particuliers. Chaque moyen de vaincre la douleur et de mieux vivre le quotidien ou une grossesse est une victoire. Certaines de ces « pistes » vous seront bénéfiques : n’hésitez pas à en faire part autour de vous (aux médecins qui vous suivent, dans les forums de discussion sur l’endométriose) pour faire avancer les progrès, le combat contre cette maladie.

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le Guide des Médecines Douces

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.